La proposition 22 de Uber

Au boulot n°517  chaque semaine lisez la chronique Humanité Dimanche, 11° année

 

La « proposition 22 » a été adoptée en Californie par référendum le 3 novembre 2020 : Uber a dépensé là-bas 200 millions de dollars pour faire adopter son système de dérégulation anti-salariat. Ceux qui s’y opposaient jusque-là, et avaient marqué d’énormes points en défense du statut de salarié (garantie aux employés de congés maladie, du paiement d’heures supplémentaires et accès à une assurance-chômage) n’ont disposé que de 20 millions de dollars pour y résister et ont été battus. Les chauffeurs et autres auto entrepreneurs en Californie sont redevenus corvéables à merci sans droit ni loi protectrice.

Comme quoi il faut se méfier des referendum sur des questions biaisées.

L’avocat Tony West qui a gagné ce vote réactionnaire est conseiller de Kamala Harris, et un certain Matt Olsen d’Uber Technologies a été recruté dans l’équipe de transition de Joé Biden. Uber souhaite, après les Etats-Unis, « changer la norme dans le monde entier ». Alexandria Ocasio-Cortez, députée de gauche, a alerté ses électeurs à New York sur le danger des « représentants venus de la Big Tech dans l’équipe Biden, ce qui va avoir un effet incroyablement dommageable sur les droits et le monde du travail»

Il ne faut pas prendre cela à la légère. Nous le répétons : nous savons que le principal soutien de Uber en France n’est rien moins que Macron : le point n°1 de son programme de campagne en 2017 était « la suppression des cotisations sociales », il plaidait dans son livre Révolution pour une « société post-salariale » « sans statut ».

La grande bataille mondiale de défense des droits du salariat est relancée, question centrale de la lutte des classes. Le salariat a de l’avance encore, il représente 54 % des actifs dans le monde et 88 % en France. Mais dans notre pays, il a reculé de 2 points ces trois dernières années, l’ubérisation  rampe. D’ailleurs maintenant il y a 16,6 % de pauvres parmi les « indépendants » contre 5,9 % parmi les salariés.

C’est clairement un enjeu de civilisation.

Gérard Filoche

 

2 Commentaires

  1. 1956
    Posted 21 novembre 2020 at 17:15 | Permalien

    https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Le-teletravail-accelere-l-uberisation-des-cadres_3749114.html

  2. Posted 22 novembre 2020 at 20:06 | Permalien

    Déterminé à engager une dynamique citoyenne et à rassembler autour d’un projet et d’une candidature écologiste, Europe Écologie Les Verts a adopté ce dimanche 22 novembre les modalités de la feuille de route pour la présidentielle 2022, qu’il soumettra aux partis partenaires du pôle écologiste.

    > L’urgence climatique, la crise économique, demandent un changement de paradigme. Pour se mettre en capacité de gagner, EELV engage dès à présent une construction collective du projet et de la candidature de l’écologie politique.

    > EELV propose ainsi la mise en place d’un comité de pilotage de la campagne des législatives et de la présidentielle à ses partenaires du pôle écologiste et souhaite dès maintenant engager le travail sur le projet.
    >
    > L’élaboration du projet et la désignation du ou de la candidat.e seront ouverts à tou.te.s les citoyen.nes, dès lors qu’ils adhèrent à une charte de valeurs écologistes, et qu’ils versent une participation à prix libre à partir de 1 euro.

    > Le scrutin aurait lieu avant le 30 septembre 2021 et pourraient s’y présenter les candidat.e.s ayant recueilli les parrainages des membres du Conseil du pôle écologiste, composé de délégué.es des formations partenaires.

    > Si les écologistes donnent pour l’heure priorité à la gestion de la crise sanitaire, ils préparent d’ores et déjà l’avenir et l’alternance nécessaire à Emmanuel Macron en 2022. Celle-ci ne saurait se construire sans un rassemblement des écologistes, des gauches et des mouvements citoyens avec qui nous défendons l’émergence d’un nouveau modèle de développement respectueux des libertés, porteur de justice sociale et environnementale.

    > Forts de cette feuille de route, les écologistes ouvriront dès la semaine prochaine le dialogue autour de leurs propositions avec leurs partenaires du pôle écologiste.

    > EELV leur proposera également d’élaborer un processus de création, en plusieurs étapes, d’une nouvelle force de l’écologie politique destinée à accueillir toutes celles et ceux prêt-es à s’engager pour porter les écologistes aux responsabilités les plus hautes.
    >
    > Eva Sas et Alain Coulombel, porte-paroles

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise.

*